Tout savoir sur le loup

 Tout savoir sur le loup

Le loup gris commun (canis lupus) est un canidé, non domestique, de la famille des chiens (canis lupus familiaris). Il habite principalement dans l'hémisphère nord.

Omniprésent dans la mythologie, le folklore et les faits divers, le loup gris a eu un impact fort sur l'imagination humaine. Il a été victime, et est toujours victime, de niveaux d'incompréhension que très peu d'animaux sauvages ont partagés.

À l'exception des humains et du lion, le loup gris était autrefois présent sur une large partie du globe, plus que tout autre mammifère terrestre. Son territoire s'étendait autrefois sur toute l'Amérique du Nord, de l'Alaska et de l'Arctique canadien jusqu’au sud du Mexique, dans toute l'Europe et une large partie de l’Eurasie.

Il vivait dans tous les types d'habitats à l'exception des forêts tropicales et des déserts les plus arides. C'était le premier chasseur de grands mammifères à sabots.

Plusieurs sous-espèces sont présentes en Amérique du Nord, en Eurasie et en Afrique. Cependant, les classifications officielles ne sont pas d'accord sur le nombre exact de sous-espèces de loups.

Nous pensons que les loups ont été domestiqués pour la toute première fois dans le nord de l'Eurasie il y a entre 14 000 et 29 000 ans. Cet élevage sélectif a ainsi produit des chiens domestiques.

 

Caractéristiques physiques du loup

Ses longues jambes, ses grandes pattes et sa poitrine profonde mais étroite lui conviennent bien pour la vie en mouvement. Des sens aiguisés, de grandes canines, des mâchoires puissantes et la capacité de poursuivre des proies jusqu’à plus de 50 km/h font du loup un prédateur au mode de vie nomade.

Un mâle mesure environ 140 cm de long, 76 cm de hauteur à l'épaule. Il pèse environ 45 kg mais le poids varie de 14 à 65 kg, selon la zone géographique. Les femelles sont en moyenne environ 20 % plus petites que les mâles et plus frêles.

Les plus grands loups se trouvent dans le centre-ouest du Canada, en Alaska et dans le nord de l'Asie. La fourrure du haut du corps, bien que généralement grise, peut être brune, rougeâtre, noire ou blanchâtre, tandis que les parties inférieures et les pattes sont généralement blanc-jaune.

Le loup est un prédateur qui sait s'adapter parfaitement à son environnement. C'est ce qui explique en grande partie sa longévité.


Les loups proches de l’extinction 

Les premières sociétés humaines qui chassaient le gibier pour leur survie admiraient le loup et essayaient d'imiter ses habitudes. Cependant, au cours des derniers siècles, le loup a été largement considéré comme une créature maléfique, un danger pour les humains (en particulier en Eurasie).

Mais la principale raison est qu'il était un concurrent pour le gros gibier ainsi qu'une menace pour le bétail. La déprédation du bétail était la principale justification de l'éradication du loup de pratiquement tous les États-Unis, du Mexique et de la majeure partie de l'Europe.

 

Tout savoir sur le loup

 

Les loups aux États-Unis ont été abattus par toutes les méthodes possibles et imaginables au XIXe et au début du XXe siècle. En 1950, ils n'en restaient plus que dizaines dans le coin nord du Minnesota.

À la fin du 20e siècle, une plus grande tolérance, une protection juridique et d'autres facteurs ont permis à leur aire de répartition de s'étendre à nouveau dans certaines parties de l'Amérique du Nord et de l'Europe.

En 1974, les loups gris ont été classés comme une espèce en voie de disparition .

En 1995, des loups du Canada ont été réintroduits dans le parc national de Yellowstone et en Idaho. Des loups mexicains élevés en captivité (une sous-espèce) ont été relâchés dans leur ancienne aire de répartition dans l'est de l'Arizona à partir de 1998. Au début du 21e siècle, environ 65 000 à 78 000 loups habitaient l'Amérique du Nord.

Le Canada avait la plus grande population suivi de l'Alaska et du Minnesota.

Certains des États de l'Ouest ont des populations de loups plus petites mais en voie de rétablissement, qui comptaient plus de 6 000 au total en 2020. Les loups canadiens ne sont protégés que dans les parcs provinciaux. Malgré le retrait de l'espèce de la "Loi sur les espèces en voie de disparition" en 2021, tous les loups des États-Unis bénéficient d'un certain niveau de protection juridique de la part des gouvernements fédéraux.

Les populations du sud de l'Europe et de la Scandinavie sont relativement petites mais en augmentation.

La population eurasienne dépasse probablement 100 000 individus et reste stable ou en augmentation dans la plupart des pays. La plupart des pays offrent au loup un certain degré de protection légale.

Dans le monde, il y a entre 200 000 et 250 000 loups. Ils occupent encore environ les deux tiers de leur ancienne aire de répartition.

Bien qu'ils soient considérés comme des animaux sauvages, les loups peuvent prospérer près des humains lorsqu'ils ne sont pas excessivement persécutés et que de la nourriture est disponible.

 

Les loups, des êtres sociaux

Les loups vivent généralement en meutes, jusqu'à deux douzaines d'individus, mais les meutes de 6 à 10 individus sont les plus courantes. Une meute est un groupe familial composé d'un couple reproducteur adulte (le mâle alpha et la femelle alpha) et de leur progéniture d'âges variés.

La capacité des loups à former des liens sociaux solides les uns avec les autres est ce qui rend la meute de loups possible. Une hiérarchie de dominance est établie au sein de la meute, ce qui permet de maintenir l'ordre.

Le mâle et la femelle alpha s'affirment continuellement sur leurs subordonnés et guident les activités du groupe.

La femelle prédomine dans des rôles tels que les soins et la défense des petits, tandis que le mâle prédomine dans la recherche et l'approvisionnement en nourriture.

Les deux sexes sont très actifs pour attaquer et tuer des proies, mais pendant l'été les chasses sont souvent menées seules.

 

Tout savoir sur le loup

 

Le territoire d'une meute peut s'étendre de 80 à 3 000 kilomètres carrés, selon l'abondance des proies.

Les loups communiquent entre eux par signalisation visuelle (expression faciale, position du corps, position de la queue), vocalisations et marquage olfactif.

Le hurlement aide la meute à rester en contact et semble également renforcer les liens sociaux entre les membres de la meute.

En plus des hurlements, le marquage du territoire avec de l'urine et des matières fécales permet aux meutes voisines de savoir qu'elles ne doivent pas s'y immiscer. Les intrus sont souvent tués par des meutes résidentes, mais dans certaines circonstances seulement, ils sont acceptés.

 

La reproduction


La reproduction a lieu entre février et avril. Une portée de cinq ou six petits naît au printemps après une période de gestation d'environ deux mois.

Les jeunes naissent généralement dans une tanière constituée d'un trou naturel ou d'un terrier, souvent à flanc de colline. Une crevasse rocheuse, une bûche creuse, une souche renversée ou une hutte de castor abandonnée peut être utilisée comme tanière. Les branches inférieures d'un conifère suffiront même parfois.

Tous les membres de la meute prennent soin des petits avec sollicitude. Après avoir été sevrés du lait de leur mère à six à neuf semaines, ils reçoivent un régime de viande régurgitée.

Tout au long du printemps et de l'été, les louveteaux sont le centre d'attention ainsi que la concentration géographique des activités de la meute. Après quelques semaines, les louveteaux sont généralement déplacés de la tanière en direction du sol où ils jouent et dorment pendant que les adultes chassent.

Les petits grandissent rapidement et sont déplacés plus loin et plus souvent à la fin de l'été. En automne, la meute recommence à voyager sur son territoire et les petits doivent suivre. La plupart des petits ont atteint leur taille adulte en octobre ou novembre.

Après deux ans ou plus dans la meute, beaucoup partent pour chercher un compagnon, établir un nouveau territoire et peut-être même créer leur propre meute. Ceux qui restent avec la meute peuvent éventuellement remplacer un parent pour devenir un reproducteur alpha.

Les grandes meutes semblent résulter du fait que moins de jeunes loups quittent le groupe et que les portées sont produites par plus d'une femelle. On sait que les loups qui quittent leur meute ont parcouru jusqu'à 800 à 1000 km.

 

Le loup, un chasseur redoutable 

Les loups sont réputés pour leurs vastes déplacements. Il n'est pas rare qu'ils parcourent 20 km ou plus en une journée. Ils se déplacent et chassent principalement la nuit.

Les principales proies sont les grands herbivores tels que le cerf, le wapiti, le bison, le mouflon, le caribou et le bœuf musqué.

Les castors et les lièvres sont consommés lorsqu'ils sont disponibles. Les loups de l'ouest du Canada pêchent même le saumon du Pacifique. Les animaux que les loups chassent sont jeunes, vieux ou en mauvais état.

Après avoir tué, la meute se gorge (consommant environ 3 à 9 kg par animal) puis s'attarde, réduisant souvent la carcasse à des poils et à quelques os avant de partir à la recherche d'un autre repas.

Tout savoir sur le loup

Les biologistes ne sont toujours pas d'accord sur l'effet des loups sur la taille des populations de proies. Les loups peuvent tuer du bétail et des chiens quand ils en ont l'occasion, mais de nombreux loups qui vivent à proximité du bétail les tuent rarement, voire jamais.

Le nombre d'animaux tués en Amérique du Nord est faible mais augmente à mesure que les loups élargissent leur aire de répartition. Dans certaines régions, les loups ne survivent qu'en tuant du bétail et en mangeant des charognes de bétail ou des déchets humains. Néanmoins, les loups évitent généralement le plus possible le contact avec les humains.

Il y a eu peu d'attaques de loups fondées contre des humains en Amérique du Nord. De telles attaques sont inhabituelles mais se sont produites en Eurasie et en Inde et ont parfois entraîné la mort.

 

Les différentes espèces et sous-espèces de loup

Le loup rouge (canis lupus rufus) est fauve ou rougeâtre. Il atteint une longueur d'environ 105 à 125 cm, à l'exclusion de la queue, qui mesure 33 à 43 cm de long et pèse environ 20 à 37 kg. Il était autrefois considéré comme une espèce distincte de loup, mais des études moléculaires ont déterminé que le loup rouge est un hybride entre le loup gris et le coyote.

Certains experts continuent cependant à classer le loup rouge comme une espèce distincte, tandis que d'autres le classent comme une sous-espèce du loup gris. Le loup rouge est considéré comme l'un des types de loups les plus menacés d’extinction.

Son ancienne aire de répartition s'étendait du sud-est des États-Unis jusqu'au Texas. Après l'extinction à l'état sauvage en 1980, des loups rouges élevés en captivité ont été réintroduits sur la côte de la Caroline du Nord.

Une petite population de moins de 100 individus s'est établie, mais la population est menacée par l'hybridation continue avec les coyotes.

Le loup de l'Est (canis lycaeon), originaire de l'est de l'Amérique du Nord, ressemble fortement au loup gris en taille et en coloration. Longtemps considéré comme une sous-espèce du loup gris, il a été reconnu comme une espèce de loup unique au début du 21e siècle.

Cependant, comme pour le loup rouge, les preuves moléculaires soutiennent l'idée que les loups de l'Est sont des hybrides de loups gris et de coyotes. Leur ascendance a été attribuée aux contributions apportées par les deux espèces dans des proportions à peu près égales.

Le loup éthiopien (canis simensis) ressemble au coyote. Il vit dans quelques zones isolées de prairies et de bruyères à haute altitude en Éthiopie. Bien qu'il vive en meute, il chasse seul les rongeurs et autres petits mammifères.

Des études estiment qu'il reste moins de 200 adultes et l'Union Internationale pour la conservation de la nature et des ressources naturelles considère le loup éthiopien comme une espèce en voie de disparition.

Des preuves génétiques suggèrent que le loup des îles Malouines (canis australis), proche de l'Antarctique, aujourd'hui disparu, a divergé des loups nord-américains il y a environ six millions d'années.

Bien que l'isthme de Panama qui a permis la migration des canidés vers l'Amérique du Sud ne se soit formé qu'il y a 2,5 millions d'années, le canis australis a tout de même réussi à atteindre les îles Malouines (Antarctique).

Retrouver tous les articles de blog loup ou parcourir la boutique.

Laissez un commentaire

Chaque commentaire est vérifié avant d'être publié.

Populaire cette semaine

Voir plus >
-41%
-41%
Tatouage cheval fleur
€16,99 €9,99
-41%
Lion tatouage femme
€16,99 €9,99
-41%
-41%
-41%
Tatouage serpent rose
€16,99 €9,99
-41%
Tatouage loup avec rose
€16,99 €9,99
-33%
Il y a [time], [location]
You have successfully subscribed!
This email has been registered